• L'étang et le vallon de Laurenti

    > Un joyau des Pyrénées

    Le refuge route forestière de Laurenti - 2,5 km

    A l'origine, la forêt des Pyrénées était sans doute constituée de hêtres et de sapins. Mais l'action millénaire de l'homme a entièrement modifié sa composition qui, aujourd'hui, n'est plus naturelle.
    Au-delà de la hêtraie-sapinière commence le domaine du pin à crochets. Le pin sylvestre, au tronc rouge, pousse, lui, dans des endroits moins élevés, mais plus secs. De ces deux espèces est né un hybride : le pin de Bouget, que vous aurez l'occasion d'observer tout au long de votre balade.
    Vous êtes à ,plus de 1 600 m d'altitude. Suivez le sentier forestier qui vous invite à remonter le vallon de Laurenti. Il est bordé de grandes plantes aux larges feuilles : la laitue de plumier, aux inflorescences bleues comme celle de la laitue des Alpes, plus rare. Le géranium des bois, aux fleurs mauves, la pulmonaire officinale (fleurs roses puis bleues, en cloche) et la renoncule à feuille d'aconit - appelée aussi bouton-d'argent - les accompagnent.

    L'étang et le vallon de Laurenti

    Quand la couleur est le jaune
    Vous pénétrez dans une lande à rhododendrons, où se dressent encore quelques pins à crochets. La grande
    gentiane qui y pousse sert à la préparation d'alcools apéritifs ou digestifs. D'autres tons de jaune éclairent les lieux : le tabac sauvage, une grande plante, arbore un jaune clair qui se distingue facilement du jaune-orangé de l'arnica. Cette dernière, connue pour sa toxicité, est un bon remède contre les contusions et les entorses. Le lis jaune des L'étang de LaurentiPyrénées, le lis martagon, aux belles fleurs pourpres, et les asphodèles, grandes tiges aux grappes de fleurs blanches très délicates, complètent le cortège.

    Vous atteignez la cabane du Counc, située sur un replat, à 1857 m d'altitude. Le paysage est ici beaucoup plus dégagé. Les près environnants sont entourés de pins à crochets.

    En contrebas du sentier, au bord du ruisseau, cherchez les grandes feuilles rondes dentées de l'adénostyle à feuilles d'alliaire, aux fleurs rose violacé, et la valériane des Pyrénées, à l'inflorescence de la même teinte.

    Au fond du vallon
    Le paysage de l'étang de Laurenti et des montagnes alentour apparaît au fond de la vallée. L’ensemble est splendide, d'autant plus lorsque les pelouses et les landes, plus ou moins boisées, sont fleuries. Le pin de Bouget est très présent autour du lac.
    Les orchidées ne manquent pas. Leur labelle (le pétale du milieu de la fleur) adopte souvent une forme singulière, imitant par exemple celle d'un insecte. dans les pelouses calcaires, vous remarquerez les têtes bleues d'un chardon, le panicaut de Bourgat.

    Gentiane des PyrénéesAux abords du lac, dans les endroits les plus humides, les grassettes, des plantes insectivores, poussent dans les sphaignes, aux côtés des droseras, tout aussi carnivores.
    Dans les éboulis, les marmottes siffleront peut-être à votre approche. Un arbrisseau épineux, le nerprun des Alpes, domine le polystic en forme de lance, une fougère, et la séneçon à feuilles d'adonis, aux feuilles découpées et aux fleurs jaunes.
    Si l'heure est matinale, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un isard s'enfuir sur les pentes. Un rapace rare, le gypaète barbu, niche non loin de là, à Orlu. Mais peu nombreux sont ceux qui ont pu l'observer.

     

    Christophe GILBERTON
    Source : Balades dans la France des fleurs aux éditions France Loisirs


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :