• La route des fées en Bretagne

    Elles se prénomment Morgane, Viviane ou Mélusine, et sont comme les chevaliers et les magiciens, indissociables des légendes arthuriennes. Elles se cachent en forêt de Brocéliande. Pour trouver les fées, il suffit de plonger en ces bois enchantés.

    Le château de Comper

    Vers la forêt de Brocéliande

    Pour partir à leur rencontre, entre Ille-et-Vilaine et Morbihan, le château de Comper offre un bon point de départ. Dans le Morbihan, près du village de Concoret, ses vieilles pierres ont vu se dérouler bien des batailles. C'est peut-être une légende, mais elle est fort belle : dans les eaux de son étang, Merlin aurait bâti pour Viviane un palais de cristal.
    Aujourd'hui, tout naturellement, le château abrite le Centre de l'imaginaire arthurien et la Petite Maison des légendes. La forêt de Brocéliande et le tombeau de Merlin se trouvent à quelques kilomètres de là. Grâce à neuf cercles tracés dans l'air et à autant de phrases magiques, Viviane parvint à y enfermer éternellement l'enchanteur. de fait, plantées depuis 5 millénaires dans la terre de Brocéliande, les deux dalles de schiste rouge et les fragments d'une troisième sont les restes d'un monument funéraire édifié à l'époque néolithique.
    Juste à côté, les branches d'un vieux houx servent d'autel. Non loin de là, et bien plus imposant que le modeste houx, le chêne des Hindrés servait de lieu de rendez-vous aux druides à chaque nuit d'équinoxe.
    Régulièrement disposées, des feuilles de chêne en métal balisent le chemin qui conduit à la fontaine de Barenton, à proximité du village de Folle-Pensée. Viviane et Merlin y auraient fait connaissance, l'enchanteur lui donnant des leçons de magie dont elle sut profiter. La magie opère encore. Le moment est propice pour faire un vœu.

    Une vallée creusée dans la roche

    Près de Tréhorenteuc, la vallée creusée dans la roche rouge présente un décor de chênes et de pins, de landes et de rocailles. C'est le Val sans Retour, ainsi nommé parce que la fée Morgane y avait enfermé les chevaliers infidèles. Ils y seraient toujours, si Lancelot ne les avait délivrés, grâce à l'anneau magique que lui avait offert Viviane, une autre fée.
    En parcourant le val, les randonneurs chercheront le petit étang du Miroir aux fées et le Rocher des Faux Amants, pétrifiés dans la roche. Ils découvriront aussi l'Arbre d'or, que l'on peut voir entouré de cinq arbres calcinés. C'est une création de François Davin, qui voulu immortaliser par cette œuvre l'incendie de la forêt de 1990.
    L'Hôtié de Viviane, qui porte aussi le nom de tombeau des Druides, s'élève sur les hauteurs du Val sans Retour. Condamnée par un sort à ne plus quitter ces lieux, Viviane venait ici jouir du paysage, en profitant pour son confort du splendide et monumental mégalithe en forme de coffre daté de 2 500 ans av. J.-C. Longtemps enfoui sous la brousaille de la lande du Cerisier, jusqu'à ce qu'un incendie en révèle l'existence, le Jardin aux Moines forme un imposant quadrilatère bordé de blocs de pierre.
    Ici, comme à l'Hôtié, vivraient des korandons, ces lutins bretons indissociables des histoires de chevaliers et de fées. Le Christ et les chevaliers du Graal se sont rencontrés dans l'église de Tréhorenteuc. C'est à l'abbé Gillard que l'on doit cet étonnant télescopage. Après guerre, en compagnie de deux prisonniers allemands, il se lance dans la réalisation de surprenant chemin de croix qui décore l'intérieur de son église. Sous leurs pinceaux, la religion chrétienne et les légendes de la chevalerie s'entremêlent. La passion du Christ se trouve un nouveau décor en forêt de Brocéliande. L'abbé lui-même s'est glissé parmi les personnages de la fresque, achevée en 1962.

    Sur la route de Paimpont

    Visible sur la route qui relie Campénéac et Paimpont, le château de Trécesson, autrefois demeure des seigneurs de Ploërmel, se signale par son imposante toiture et sa haute muraille. Bâti de schiste rouge, cerné par l'eau des douves, il est entouré d'une digue qui permet de l'administrer sous tous les angles. Accessible par un chemin qui part de la route de Paimpont, dans un sous-bois près de Concoret, les trois roches de Trébran seraient placées à mi-chemin entre Carnac et le Mont-Saint-Michel. La plus grande, couchée à plat, dépasse les 4,5 m. Leur présence se compte en millénaires, et comme la roche qui les compose ne se trouve pas dans le sol, elles ont assurément été déposées ici. Trois fées, qui voulaient les utiliser pour la construction de la célèbre abbaye, auraient abandonné leur pesante cargaison, en apprenant que les travaux été déjà achevés.
    La vallée de l'Aff, qui coupe la forêt en profondeur, est encore hantée par la présence de Guenièvre et de Lancelot. C'est au pont du Secret que le chevalier, fils de fée, aurait échangé son premier baiser avec la femme du roi Arthur. Les randonneurs qui désirent retrouver ces lieux n'auront qu'à suivre le lit de l'Aff, entre grands arbres et roches.

     

    Christophe GILBERTON
    Source : Routes de France - Géo Book


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :