• La vallée de l'Ubaye

    Un site aux multiples richesses

    Prenant sa source au mont Viso, à l'endroit même où l'Italie fait frontière commune avec le département des hautes-Alpes, la rivière de l'Ubaye effectue un périple de 80 kilomètres en parcourant le nord des Alpes-de-Haute-Provence. Avant de mêler ses eaux à celles de la Durance, ce torrent parfois violent arrose une vallée montagnarde aux multiples richesses floristiques et humaines.

     

    La vallée de l'Ubaye

    Située entre le parc naturel du Queyras et le parc naturel du Mercantour, la vallée de l'Ubaye appartient au domaine de la haute montagne tout en jouissant d'un agréable climat méditerranéen. Ces conditions hors normes font de ce site un espace naturel tout à fait exceptionnel.

    Une vallée de l'Embrunais
    Reliant le massif du Viso au lac de Serre-ponçon, la vallée de l'Ubaye est, avec la vallée du Guil, l'une des deux principales articulations du massif de l'Embrunais. Deux affluents, le Bachelard et l'Ubayette entaillent la vallée.
    Du point de vue géologique, cet ensemble se caractérise par d'importantes nappes de charriage, des terrains venus se superposer à d'autres par chevauchement à la suite de mouvements tectoniques complexes sur plusieurs millions d'années. Le résultat : un relief complexe et accidenté où se succèdent crêtes, failles et gorges.

    Un paysage de haute montagne
    Depuis la frontière italienne jusqu'au lac de Serre-Ponçon, l'Ubaye progresse au fond d'une vallée étroite, orientée est/ouest. Celle-ci est entourée de sommets dépassant aisément les 3 000 m : massif du Parpaillon au nord, massif du Chambeyon au sud-est, massif des Séolannes au sud.
    Traversée par la route des Grandes Alpes, la vallée de l'Ubaye est surnommée la "Vallée des 7 cols", déclinant les brèches de Pontis (1 301 m), Saint-Jean (1 333 m), Larche (1 991 m), Vars (2 109 m), Allos (2 240 m), La Cayotte (2 326 m) et la Bonette (2 860 m). Sous le soleil de la Provence, c'est une flore résolument alpine qui prédomine : en contrebas des sommets enneigés se regroupent des massifs forestiers touffus, principalement constitués de mélèzes. Les pelouses calcaires alpines et subalpines accueillent quant à elles les fleurs jaunes et bleues des gentianes, l'emblématique edelweiss ainsi que l'astragale centralpine.

    Les Mexicains de l'Ubaye
    La vallée, et plus particulièrement la ville de Barcelonnette, partage une partie de son histoire avec le Mexique. En 1812, les frères Arnaud, trois colporteurs originaires de l'Ubaye, décident d'aller tenter leur chance hors de l'Europe et d'embarquer pour le Mexique.
    Quelques années plus tard, le succès est au rendez-vous : les Ubayens ont fait fortune dans le grand commerce, le textile et même la finance. D'autres suivront leur exemple : entre 1850 et 1950, 7 000 Ubayens partiront pour le Mexique. Le symbole de leur réussite ? Les jolies villas qu'ils firent construire au pays, aux abords de Barcelonnette.

     

    Christophe GILBERTON
    Source : Les 100 plus beaux sites sauvages de France - Editions Atlas


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :