• Presqu'île de Quiberon

    Cette ancienne île, que les apports d'alluvions ont rattachée à la terre par un isthme étroit, appelé tombolo, déploie des dunes de sable où s'accrochent les pins maritimes. L'impressionnant chaos rocheux de la Côte sauvage et des plages très ouvertes, réputées pour leur ensoleillement, complètent le tableau.

    Presqu'île de Quiberon

    Face à Belle-Île, la presqu’île de Quiberon se trouve à une encablure à l'ouest du golfe du Morbihan (Vannes est à 47 km). Il n'existe cependant qu'une seule route vers Quiberon : la D 768 qui s'amorce à Auray.

    Dès que le ciel se couvre, rendez-vous sur la Côte sauvage pour voir l'océan se déchaîner.
    Côté baie, les plages de Quiberon vous inventent au farniente ; vers la Côte sauvage, les criques confidentielles sont battues par les rouleaux.

    Défaite royaliste - En 1795, Quiberon est le théâtre du désastre infligé aux royalistes. Cent mille émigrés, les princes en tête, devaient passer en Bretagne, s'unir aux chouans et balayer les "Bleus". En fait, ils ne sont que dix mille : les princes se sont abstenus, alors que 15 000 chouans de Cadoudal sont aux rendez-vous. Ils comptent néanmoins un soutien militaire important des Anglais dont la flotte est ancrée au large de la presqu'île. Le débarquement a lieu à partir du 27 juin sur les plages de Carnac.
    Il se heurte à une féroce défense républicaine, menée par Hoche. Les troupes de la Convention refoulent les royalistes dans la presqu'île. Ils prennent le fort de Penthièvre et acculent les insurgés à la mer. Ces derniers ne peuvent rejoindre les vaisseaux britaniques en raison de la houle, et sont alors massacrés en masse par l'artillerie des "Bleus" et par la riposte des bâtiments anglais. Les survivants, faits prisonniers, sont fusillés à Quiberon, Auray et Vannes.

    Située à la pointe de la presqu'île, Quiberon est une station balnéaire recherchée pour sa belle plage de sable fin, bien exposée au sud, et la proximité de la Côte sauvage.

    Port-Maria, port d'embarquement pour Belle-Île, Houat et Hoedic, est un port de pêche qui bénéficie d'une animation permanente.

    Le château Turpault, curieux édifice, qui figure sur tant de cartes postales, fût bâti en 1904 par un filateur de Cholet, Georges Turpault.

    Saint-Pierre-Quiberon, charmante station balnéaire, possède deux plages situées de part et d'autre du petit port d'Orange. On y découvre le bal alignement de St-Pierre, composé de 22 menhirs.

    La Côte sauvage - Cette côte inhospitalière, aujourd'hui protégée par le Conservatoire du littoral, est une succession de falaises déchiquetées où grottes, crevasses, gouffres alternent avec de petites plages de sable sur lesquelles les vagues se brisent en rouleaux. Des rocs de toutes tailles et de toutes formes créent des couloirs où la mer tourbillonne en mugissant.
    Des stèles de granit jalonnent la route à gauche. Elles marquent l'emplacement de sites qu'il faut découvrir à pied : Port-Pilote, Trou du Souffleur, pointe de Scouro, grotte de Kerniscob, etc.

    Côte sauvage de Quiberon

     

    Christophe GILBERTON
    Source : Balades dans la France des fleurs - Editions France Loisirs


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :